Actualités

Actualités

Le cabinet PAC (CXP) et Effisoft publient une étude sur l'innovation dans l'assurance

Quelles innovations numériques vont transformer les systèmes d'information des assureurs ? Quels processus seront modernisés en priorité ? Téléchargez les résultats de étude.

Lire la suite

05/05/2010
Le leader européen dans l'univers de l'hôtellerie et du tourisme a choisi le logiciel WebRisk pour l'industrialisation et la centralisation de son Risk Management.

accor2Les besoins initiaux d'ACCOR :

La Direction des Assurances, pour l'ensemble du groupe ACCOR est basé à Paris et composé de seulement 2 personnes. Elle a pour missions de centraliser la gestion des risques et des assurances pour toutes les entités du groupe présent dans près de 100 pays et comptant plus de 145 000 collaborateurs.

La Direction des Assurances était au départ confrontée à plusieurs problématiques. En effet, la gestion des risques et des assurances chez Accor fait intervenir différentes directions du groupe (audit interne, gestion de crise, département technique), mais aussi les captives ainsi que de nombreux courtiers à travers le monde. Tous ces intervenants utilisent bien-sûr leurs propres bases de données, auxquelles ont peut ajouter des bases financières, juridiques, commerciales, ... des bases dédiées aux catastrophes naturelles, ... et aussi, bien sûr, des données papier.

« Face à cette pluralité de sources d'informations, il fallait trouver une solution pour harmoniser la gestion de ces bases et nous permettre de les centraliser efficacement », explique Rémi Pendariès-Issaurat, Directeur des Assurances chez Accor.

« A partir de ce constat, il était important de ne pas réinventer la roue », continue-t-il. « Il suffisait de tirer parti des technologies existantes. Nous tenions vraiment à ce que le projet soit mené rapidement. Les ressources limitées allouées au projet ainsi que notre dimension internationale représentaient enfin deux contraintes importantes ».

Très vite, Accor retient le logiciel WebRisk, un système d'information dédié à la gestion globale des risques et des assurances développé par la société EFFISOFT. L'éditeur français, qui équipe déjà d'importants groupes internationaux, a l'habitude de répondre à ce type de problématique.

« Compte tenu du projet, il nous a semblé impératif de bénéficier d'une base de données unique qui pourrait être customisée à loisir et satisferait les attentes d'utilisateurs divers et variés », nous indique Pascal Stopnicki, PDG fondateur d'Effisoft et créateur de WebRisk.

Concrètement, WebRisk est une solution internet, ce qui garantit un accès permanent à un nombre illimité d'utilisateurs répartis dans le monde et facilite le partage d'information, selon les droits d'accès attribués.  Le logiciel propose sous forme de modules toutes les fonctionnalités indispensables au gestionnaire des risques et des assurances : depuis la collecte des valeurs jusqu'à la gestion des sinistres en passant par le suivi des primes et des mesures de prévention...

« Afin de récupérer toutes les informations existantes mais dispersées, Effisoft a développé un système ETL innovant permettant d'effectuer des synchronisations massives d'une base de données vers une autre. L'objectif « un seul outil, une seule base de données » a donc pu être atteint dans les délais », commente Rémi Pendariès-Issaurat.

« En conclusion, WebRisk nous a permis de travailler plus vite et plus efficacement », déclare avec satisfaction Rémi Pendariès-Issaurat qui vient récemment de se voir récompensé pour son choix de logiciel : en effet, son travail a été salué en Avril 2010 lors des « European Risk Management Awards » organisé par un magazine spécialisé britannique.

Tags: risquesinistres2010

4.09.2017

Vodafone choisit Effisoft pour la gestion de ses programmes d’assurance.

En 2015, Webrisk a été déployé dans le but de rationaliser et d’améliorer le processus de

LIRE LA SUITE

7.06.2017

Webrisk – Encore merci ! Le cas Petrofac

Retour d'expérience de Robert McNill, Head of Insurable Risk chez Petrofac, qui utilise le

LIRE LA SUITE